Joseph Kosuth : les débuts de l’art conceptuel. 2/3

Voici la seconde partie de mon dossier sur Joseph Kosuth, dans laquelle je m’intéresse à son œuvre Any Five Foot Sheet of Glass to Lean Against Any Wall (1965), que l’on peut considérer comme point de départ de sa pratique conceptuelle.

Je vous rappelle que les publications sur horizon noir sont sous licence Créative Commons dont le détail est présent en bas de la colonne de droite, n’oubliez pas de citer vos sources si vous souhaitez utiliser mes travaux.

Bonne lecture !

Joseph Kosuth, Any Five Foot Sheet of Glass to Lean Against Any Wall, verre 152,4 x 152,4 cm, 1965, lieu inconnu, 2010.

Joseph Kosuth, Any Five Foot Sheet of Glass to Lean Against Any Wall, verre 152,4 x 152,4 cm, 1965, lieu inconnu, 2010.

Sa pratique de la peinture cesse une fois ses études d’art terminées, il entame alors des recherches dans l’objectif de s’affranchir du formalisme et de la composition. Un des premiers pas qu’il fait dans cette direction est l’emploi du verre, matériau qu’il commencera par présenter sous différentes formes – brisé, pilé ou encore empilé – dans des boites elles-mêmes en verre, chacune accompagnée de l’inscription “verre“. La transparence du verre intéresse Kosuth car cela lui permet de s’affranchir des problèmes liés à la couleur, inhérents à la composition et au formalisme. Le choix d’un matériau achromatique découle de ses derniers travaux de peinture, dans lesquels il abandonne l’emploi des couleurs au profit de niveaux de gris. Selon lui, plus précisément selon ce qu’il sait de la psychologie des couleurs, « […] – le noir, le blanc et le gris – suscitent une réaction plus transculturelle que les couleurs chromatiques, » (12) et permettrait donc de véhiculer plus efficacement des idées. C’est au cours de ses travaux avec le verre qu’il se met à utiliser le langage, comme pour ses boites intitulées “verre“ qui préfigurent ses futur travaux tautologiques. En 1965, Joseph Kosuth présente “Any Five Foot Sheet of Glass to Lean Against Any Wall” (N’importe Quelle Plaque de Verre de Cinq Pieds Adossée à N’importe Quel Mur). L’utilisation du langage est ici très importante, elle donne tout son sens à l’œuvre en en faisant un objet tautologique, puisque le titre correspond précisément à ce qui est montré et vice versa. De plus, conformément à ses objectif, cette réalisation n’est ni une sculpture car elle n’est pas vraiment au sol, ni une peinture car elle n’est pas accrochée au mur et est donc un premier glissement hors du formalisme. Cette première pièce est celle qu’il revendique comme sa première expérimentation de la fonction tautologique du langage, il prend alors la décision de dater les pièces qui suivront (Clear, Square, Glass, Leanning (13) ou Box, Cube, Empty, Clear, Glass – a Description (14), par exemple) de 1965, date à laquelle le concept de ce travail à pris forme. En faisant ceci il renforce l’importance donnée au concept qui nous est présenté ici, à savoir la fonction tautologique du langage, au détriment de l’objet qu’il produit pour nous montrer ce concept. Un autre exemple de cet usage de la tautologie est l’oeuvre One and Three Chairs (15) qu’il produit ultérieurement et dans laquelle il introduit l’usage d’un agrandissement (“blow-up”) de la définition du mot chaise, associé à une vraie chaise et sa reproduction photographique à l’échelle 1:1. Cette dernière montre bien la place grandissante du langage dans le travail de Joseph Kosuth et fonctionne comme une charnière dans sa production, le langage y étant présenté à armes égales avec le matériel, là où précédemment il se reposait essentiellement sur le fonctionnement auto-référentiel de l’œuvre et annonce un basculement vers l’emploi du langage seul.

Joseph Kosuth, One and Three Chairs, bois et épreuve gélatino-argentique, 200 x 271 x 44 cm, 1965, centre Pompidou.

Joseph Kosuth, One and Three Chairs, bois et épreuve gélatino-argentique, 200 x 271 x 44 cm,
1965, centre Pompidou.

(12) Art Conceptuel I : art & langage, Robert Barry, Hanne Darboven, On Kawara, Joseph Kosuth, Robert Morris, Lawrence Weiner : du 7 octobre au 27 novembre 1988, CapcMusée d’art contemporain, Bordeaux, Musée d’art contemporain de Bordeaux, Bordeaux, 1988.

(13) Joseph Kosuth, Clear, Square, Glass, Leaning, 4 vitres, 122 x 122 cm chacune, 1965, collection Giuseppe Panza di Biumo.

(14) Joseph Kosuth, Box, Cube, Empty, Clear, Glass – a Description, cubes de verre et lettres noires, 40 x 40 x 40 inch chacun, 1965, Hirshhorn Museum and Sculpture Garden.

(15) Joseph Kosuth, One and Three Chairs, bois et épreuve gélatino-argentique, 200 x 271 x 44 cm, 1965, centre Pompidou.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :